Philippe JAFFEUX

Créé le : 14/11/2012

philippejaffeux@hotmail.fr
 
 

Philippe JAFFEUX - Recherches

Retour au moteur

5 réponses trouvées pour votre recherche
Termes recherchées: (Expresion exacte) - Jean - Paul - Gavard - Perret

Résultats 1 à 5 sur 5    ·   · 1   ·  ·   

 

Article sur Sur Entre - (Tout afficher)
Entre

Philippe Jaffeux casse les cordeaux de la textualité. Dès lors le fil du discours en devient électrique. Et sans guideline autour. L’auteur introduit des interstices moins géométriques qu’érotiques. Quoi que… Hors cosses le texte est à la fête tant l’auteur ne se contente pas de le court-circuiter ce qui le tuerait. A l’inverse il l’oxygène loin de tout modèle. Chaque phrase n’est plus la captive consentante du logos. Si bien que s’y inscrit sur la pulpe de silence des veines qui s’affolent au sein de la fable de la présence. L’auteur demeure comme toujours en effraction sur des chemins de traverse pour une jouissance buissonnière du texte. Relieur de désirs formulés (ou non) il sait mesurer les soif et repasser la pliure des ombres dans les enlacements ou les éloignements. La littérature n’est   Lire plus...

De : Jean Paul Gavard Perret
Par : http://e-litterature.net/page2.php
Source article : http://www.e-litterature.net/publier3/spip/spip.php?page=article5&id_article=1023

 


 

Article sur Sur Deux - (Tout afficher)
Trio du fantôme

Trio du fantôme Qu’on ne s’y trompe pas : le dia­logue pro­posé par Jaf­feux et ses com­bi­nai­sons aléa­toires dépassent lar­ge­ment un pur jeu ouli­pien. D’autant qu’un « IL » inter­ca­laire vient trou­bler la pièce (si pièce il y a) et inter­rompre le dia­logue com­posé de 1222 répliques qui seront dites par 26 acteurs (13 pour cha­cun des per­son­nages). Néan­moins, dans cette pro­po­si­tion de per­for­mance locu­toire nul n’est tenu à un texte stricte : les répliques peuvent être sup­pri­mées aux desi­de­rata du locu­teur et peuvent s’émettre selon un ordre par­fai­te­ment aléa­toire afin de faire jaillir des cris uni­que­ment apha­siques   Lire plus...

De : Jean Paul Gavard Perret
Par : http://e-litterature.net/page2.php
Source article : http://www.lelitteraire.com/?p=31153

 


 

Article sur Sur Deux - (Tout afficher)
Le théâtre didascalique de Philippe Jaffeux

1222 répliques pour 26 acteurs venant de la salle ou des cintres, côté jardin botaniques et cours des miracles : tel est l’enjeu de celles ou ceux  qui auront à incarné deux personnages dans un dialogue de sourds, de cire plus que de circonstance où rien ne sera dit sauf le non nécessaire. A savoir l’évocation de la partie manquante d’une « triangulatoire » fantomale. Un « IL » parfaitement muet mais bavard par contumace est pisté et évoqué par ceux qui-  n’osant jamais le « je » ou le « tu »- se fendent d’un nous dont les répliques peuvent être émises par les acteurs dans un ordre aléatoire et chaosmique. Preuve que le dialogue pourrait sembler venir de partout et de nulle part dans ce théâtre du « non »   Lire plus...

De : Jean Paul Gavard Perret
Par : http://salon-litteraire.linternaute.com/fr/
Source article : http://salon-litteraire.linternaute.com/fr/theatre/review/1945075-le-theatre-didascalique-de-philippe-jaffeux

 


 

Article sur Sur Deux - (Tout afficher)
Tea for two, two for « Il »

Il n’est pas question que le dialogue - inventé dans le théâtre didascalique de Jaffeux - permette à sa pièce de 1222 répliques ne soit autre qu’aléatoire. Il peut se dire dans n’importe quel sens afin de permettre au théâtre de se poursuivre. Mais de l’aveu même de l’auteur, "sans aucun but". Voire… Il est vrai que les deux personnages N° 1 et N° 2 - joués chacun par 13 personnages venus des cintres, des coulisses ou de la salle - ne se fendent en rien d’un véritable échange. Ils se contentent de commenter l’angle aveugle du triangle qu’ils produisent avec un personnage fantôme (IL). Muet, absent celui-ci reste néanmoins omniprésent puisque les voix des deux autres « se diluent dans des émotions qui préservent les impressions déstabilisantes d’un spectre   Lire plus...

De : Jean Paul Gavard Perret
Par : http://delarthelvetiquecontemporain.blog.24heures.ch/
Source article : http://delarthelvetiquecontemporain.blog.24heures.ch/archive/2017/05/22/tea-for-two-two-for-il-philippe-jaffeux-863688.html

 


 

Article sur Sur Mots - (Tout afficher)
Philippe Jaffeux, Mots

Alpha­bet vide Passant de la lettre aux mots, Jaf­feux pour­suit sa quête de ce que ces der­niers ouvrent face au silence énig­ma­tique. Car si l’écriture ou la parole semble mettre fin au silence, cet ébrui­te­ment — qu’il s’affranchisse ou non de la rhé­to­rique, qu’il cherche à sti­mu­ler et nour­rir l’imaginaire — ne donne pas for­cé­ment un sens sûr et stable quels que soient les voies, voix ou sup­ports. Scrip­tu­ro­gra­phie, écri­ture infor­ma­tique, ora­lité rien n’étaie la moindre incor­rup­ti­bi­lité du dis­cours. Certes, chaque médium tente de navi­guer sur le flux des consciences — mais l’inconscient demeure insondable. Pour autant Jaf­feux, dans les “3 735 542 octets de   Lire plus...

De : Jean Paul Gavard Perret
Par : http://www.lelitteraire.com
Source article : http://www.lelitteraire.com/?p=50309

Retour