Philippe JAFFEUX

Créé le : 14/11/2012

philippejaffeux@hotmail.fr
 
 
Articles > Sur courants blancs (et courants 505 : le vide)  >  Philippe Jaffeux, Courants blancs

Philippe Jaffeux, Courants blancs

Aux mots, Jaf­feux pré­fère les lettres. A cela, une rai­son d’évidence : nul besoin pour les secondes de res­pec­ter leur ortho­graphe… Mais il y a plus : la lettre se rap­proche du cri et du silence qu’à sa manière l’ordinateur revi­gore. Bref, la lettre est le pre­mier bond, celui d’avant le verbe — juste avant. D’une lettre à l’autre se mesure selon Jaf­feux la dis­tance du vide à l’enfance et de l’homme à la bête. Là où tout ne semble pas encore énoncé, le signe ne fait pas encore le singe comme Prigent avant l’auteur l’avait déjà sou­li­gné. Et l’auteur de sou­li­gner que « le silence pré­céda la parole afin que les lettres puissent aussi être vues sans être lues » (p. 52) — ce qui dans sa tête n’est pas qu’une argutie.
Les 26 lettres sont les 26 signes de force par où tout com­mence. L’auteur les fait fonc­tion­ner ici sous forme d’aphorismes et d’éléments denses comme — ailleurs — il mul­ti­plie les strophes intem­pes­tives, notes cri­tiques, expo­sants, afin d’en offrir le chant. Il com­mença chez le même éditeur avec « O l’An ». Le texte pro­pose dans sa concen­tra­tion phras­tique une suite par séries de 26 cou­rants alter­na­tifs par page pro­pices à un autre appren­tis­sage de la lec­ture et afin que le voca­bu­laire ne creuse pas le lit du « caveau­bu­laire » (Prigent) et que l’enfant que nous fûmes ne se réduise pas à un « enfan­tôme ». D’une page à l’autre s’ouvre donc une série de champs séman­tiques. Ils relient autant l’homme à la bête que l’animal à l’intelligence. Le livre devient la taupe faus­se­ment dor­mante capable de décryp­ter les mes­sages sté­réo­ty­pés pour offrir une lec­ture tierce aux dicho­to­mies per­verses. Il prouve aussi que pour la lit­té­ra­ture l’avenir est dans les 26 œufs de lettres propres à toutes les omelettes.

 

 

 

Philippe Jaffeux, Courants blancs, Atelier de l’agneau, 2014, 80 p. — 16,00 €.

De : Jean-Paul Gavard-Perret   Lancer une recherche
Par : http://www.lelitteraire.com
Source article : http://www.lelitteraire.com/?p=10374

Contact - Retour
 PRÉCÉDENT  PRÉCÉDENT  coups de foudre Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) Courants blancs de Philippe...  SUIVANT  SUIVANT