Philippe JAFFEUX

Créé le : 14/11/2012

philippejaffeux@hotmail.fr
 
 
Articles > Sur courants blancs (et courants 505 : le vide)  >  "courants blancs" Philippe Jaffeux

"courants blancs" Philippe Jaffeux

"Courants blancs" Philippe Jaffeux

Publié le 21 Mai 2014, 15:50pm
Catégories : #poésie


« Courants blancs » est le nouvel ouvrage de Philippe Jaffeux. Il s’agit d’une poésie expérimentale qui s'interroge sur le passage de l’écriture manuscrite à l’écriture tapuscrite, puis au langage simplement proféré. Le livre consiste en effet en une série d’aphorismes enregistrés au dictaphone, plus tard retranscrits dans ce recueil de 70 pages contenant 26 aphorismes par page.

L'auteur, inspiré par Bach, avec lequel il partage une certaine « symbolique des nombres », propose dans ces phrases au rythme régulier une réflexion sur l’écriture, sur les nombres, sur l’alphabet, sur les lettres, d’une façon plus générale, sur « l’élémentaire » :

« Les lettres sont aussi des instants qui magnifient la beauté indéfinissable de chaque mot ».[1]

« Son clavier supportait d’être frappé par ses doigts si des lettres corrigeaient des octets incongrus ». [2]

« Les tableaux troublaient sa vue afin de préciser l’originalité de son écriture impressionniste ».[3]

On y trouve une réflexion novatrice sur l’avenir de l’écriture dans un monde 2.0 qui n’en serait pas tout à fait quitte avec l’idée de transcendance. La page, matériellement, est envisagée dans une tradition quelque peu mallarméenne, comme une surface apte à recueillir le divin. Cependant l’auteur fait l’état d’une absence et c’est en fin de compte la page blanche, le silence et le vide qui l’emportent :

« L’encre nous trompe parce que les pages sont vraies seulement si elles sont vides ».[4]

« Sa page blanche reflétait une disparition de l’écriture car il était le miroir de son absence ».[5]

« Chaque parole était un malentendu depuis qu’il écoutait la vérité d’un silence compréhensif ».[6]

Cette réflexion profonde n’empêche pas la légèreté. On est sensible à la présence d’un humour subtil et de nombreux jeux de mots.

L' art est présenté par le poète comme un remède au hasard, comme une remise en ordre du chaos.

Ainsi disait Victor Hugo : « L'esprit de l'homme a trois clefs qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre, la note. Savoir, penser, rêver. Tout est là. »

[1] p. 42
[2] Ibid.
[3] p. 10
[4] p. 52
[5] Ibid.
[6] Ibid

De : Petit-cortège   Lancer une recherche
Par : http://petit-cortege.overblog.com
Source article : http://petit-cortege.overblog.com/2014/05/courants-blancs-philippe-jaffeux.html

Contact - Retour
 PRÉCÉDENT  PRÉCÉDENT  COURANTS BLANCS : Le charme... Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) Recours au poème.courants ...  SUIVANT  SUIVANT