Philippe JAFFEUX

Créé le : 14/11/2012

philippejaffeux@hotmail.fr
 
 
Articles > Sur courants blancs (et courants 505 : le vide)  >  Philippe Jaffeux avec ses « Courants blancs »

Philippe Jaffeux avec ses « Courants blancs »

Philippe Jaffeux avec ses « Courants blancs » nous livre de courts segments (qu’il appelle « courants ») où il électrise en effet la langue.« Les yeux des animaux nous apaisent car ils reflètent notre angoisse de savoir parler ». Il y est essentiellement question de l’alphabet, des mots, de la parole, de l’écriture, du langage et de nos rapports à eux. A raison de 26 par pages, ces lignes de haute tension tiennent de l’aphorisme et du faux-proverbe, mais se jouent surtout (avec humour parfois) du paradoxe pour glisser par invention métaphorique, analogies, jeux d’assonances, etc. vers du sens improbable et une forme de polysémie. Ce parti pris qui enroule chaque phrase autour d’un axe fragile tourne parfois un peu à vide, voire au répétitif (en raison même de la structure quasiment fixe et souvent binaire de ces « courants »), mais nous vaut de belles fulgurances. Ainsi « Les lettres sont peut-être des nombres qui refusent de se mesurer à l’infini ». (Atelier de l’Agneau. Collection Aphoris. 80 pages. 16 euros)

De : Michel Baglin   Lancer une recherche
Par : http://revue-texture.fr
Source article : http://revue-texture.fr/spip.php?article619

Contact - Retour
 PRÉCÉDENT  PRÉCÉDENT  Philippe Jaffeux, Courants ... Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) PHILIPPE JAFFEUX À LA RED...  SUIVANT  SUIVANT