Philippe JAFFEUX

Créé le : 14/11/2012

philippejaffeux@hotmail.fr
 
 
Articles > Sur courants blancs (et courants 505 : le vide)  >  Lu Courants blancs, lettre ouverte à Philippe Jaffeux

Lu Courants blancs, lettre ouverte à Philippe Jaffeux

Le scaphandre et le papillon sont ici le vol lourd de l'entre-deux temps. « Apesanteur » diaphane
d'un monde clos dans un bas de casse.

Faux aphorismes, apories vraies, abondant dans le non-sens, offusquant le non-sens. Exercice de
haute voltige sur la chaise électrique, sans survoltage.

Prise a la lettre au défaut de la lettre la voyelle s'élide de l'innommé. Invétéré I ‘irréfutable.

Retours fulgurants du scorpion dont je prends un éclair de morsure avec toi. Court-circuit de
I ‘oxymore triple, dribblant. Les cardinaux du b-a : bah bas bât.

Développées les Poésies de Lautréamont sans support d'aurore. L'oulipisme irrigue de contraintes
corporelles, sensorielles, rajouts joute à joute. L'énigme fertile d'Héraclite surenchérie.

Le sardonique épelé. Dans le silence des éléments, une fermeture fondamentale ouvre sur l'illimite.

Irrespirablement compacte ta page vers a vers noire de caractères - et de plus gros dans le cœur -
chacun portant ta signature paradoxale - tu ratures I' « encre sympathique » tout ce que ton
empathie connait.

Largesse dans I ‘emmurement. Que I ‘antithèse taise la thèse met la dialectique a mal.

Par un tour de manège, de vis, d'horizon, de moulin poivre épiçant, épurant les simples dont tu te
nourris.

Ton attention flotte sur des débris. La flotte d'attention dont tu es l'amiral se saborde en rade.

Sans la fissure d'une virgule, la brèche d'un point-virgule. Comme allégement a ta torture la tortue
ne lâche pas sa longueur d'avance sur Achille.

L'aphorisme exsudé de sa suffisance contemporaine. Tu mobilises ce qui t'immobilise que tu
transmutes en lettres comme le plomb en ores & déjà.

Ton pathétique cède a t'enchantement dont déchante tout pathos. L'aveuglette de ton mutisme
réduit les voyants en la poussière de ton « vide en feu ».

Démiurge jouet de ta langue, on peut parfois te lire moins lentement sans laisser filer notre paysage
« usagé » commun.

Courants blancs comme chauffés a noir charges a noir comme le pot au blanc comme la page noire.
Livre d'accourcissements. Le format carré à sa juste mesure tombale. Pavé d'aire en erre sous la
page.

Courants blancs, implacablement a t'imparfait de l'indicatif. Sporadique un présent d'aporie.
Insufflé de la seule rythmique d'un poumon géant.

De : Christophe Stolowicki   Lancer une recherche
Par : http://atelierdelagneau.com
Source article : Feuillet d'archives N°9
Atelier de l'agneau Editeur
1 Moulin de la Couronne
33220 St-Quentin-de-Caplong

Contact - Retour
 PRÉCÉDENT  PRÉCÉDENT  Philippe Jaffeux, « COURAN... Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) « Parce que la parole est ...  SUIVANT  SUIVANT