Philippe JAFFEUX

Créé le : 14/11/2012

philippejaffeux@hotmail.fr
 
 
Articles > Sur Alphabet de A à M  >  ALPHABET - De A à M : La Profusion du signe

ALPHABET - De A à M : La Profusion du signe

L’oeuvre que bâtit Philippe Jaffeux est monumentale. Pour le poète qui manie les mots comme on construit des cathédrales, la lettre est fondatrice et les 394 pages du premier volume de son Alphabet en témoignent comme autant d’échos du même désir d’édifier. Le livre est lourd, le texte est plein, le signe est riche et complexe. L’écriture poétique se matérialise, se concrétise en un objet difficile à manier, imposant de par sa taille, de par son poids. En rendant à sa racine grecque tout son lustre, Philippe Jaffeux réactive ainsi le sens originel du mot "poésie". Car la p?í?s?? est d’abord une histoire de création. Il s’agit en effet de fabriquer un bel objet littéraire. En jouant sur la typographie, sur la graphie, sur la juxtaposition, sur l’envers et l’endroit, en insérant certains de ses textes dans des cercles ou des carrés qui renvoient à la modernité des disquettes informatiques, l’auteur insuffle à son texte une dimension architecturale qui métamorphose la lettre en subtil matériau de construction.

A partir de là et selon toute logique, l’obsession de la lettre vient nourrir jusqu’au vertige le chant mystérieux et lancinant du poète. Les 26 lettres de l’alphabet sont de toutes les aventures du texte. Elles minent la phrase, elles dessinent en filigrane, sur la page, des motifs récurrents, elles s’alignent, elles se rangent, elles se désorganisent,  elles s’appellent, se répondent, se font signe, nous interpellent dans un jeu électrisant, où la mélodie prend vite le pas sur le sens. Exit le logos. Philippe Jaffeux nous entraîne dans un tourbillon verbal, où Lettre et le néant se côtoient dans la surabondance du signe. Les mots murmurent, les mots enchantent. Leur puissance incantatoire enfle au fil des pages et renoue avec la tradition latine du carmen. Comme dans l’antiquité romaine, la poésie de Philippe Jaffeux s’apparente naturellement à la magie. Son flux constant, presque hypnotique, ensorcelle. En équilibre au-dessus du vide, la société moderne voit proliférer les signes et disparaître le sens. Il ne reste que le rythme des doigts qui pianotent sur le clavier des ordinateurs et le chant pur, désincarné, de la poésie. 26 lettres comme autant de notes sur la partition du poète.

De : Odile d'Harnois   Lancer une recherche
Par : http://lecturesaucoeur.com
Source article : http://lecturesaucoeur.com/2014/09/25/alphabet-de-a-a-m-la-profusion-du-signe/

Contact - Retour
 PRÉCÉDENT  PRÉCÉDENT  LES QUATRE VENTS DE LA POÉ... Sur Alphabet de A à M [Livre - chronique] Philipp...  SUIVANT  SUIVANT