Philippe JAFFEUX

Articles

Créé le : 14/11/2012

philippejaffeux@hotmail.fr
 
 

 

- Entretiens
- Sur O L'AN /
- Sur N L'é n ième
- Sur courants blancs (et courants 505 : le vide)
- Sur Alphabet de A à M
- Sur autres courants
- Mails
- Sur Ecrit parlé
- Sur Entre
- Sur Deux
- Sur 26 Tours
- Sur Glissements
- Sur Mots

 
 
Article 111 à 120 sur 152   :: PREMIER ::   ·  :: PRÉCÉDENT ::   · 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   ·  :: SUIVANT ::  ·   :: DERNIER ::  

 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
PHILIPPE JAFFEUX À LA REDÉCOUVERTE DU GHAZAL

Une suite organique d’aphorismes

Je venais de faire publier une anthologie sur le renouveau postmoderne du ghazal, et je désespérais de trouver l’équivalent en France, pour mieux cerner le propos par quelque comparaison, quand je rencontrai Philippe Jaffeux. Ce poète, dans le même temps et sous les auspices du même éditeur, L’Atelier de l’Agneau, donnait une plaquette augmentant la collection « Aphoris » de la perle rare que je cherchais : Courants blancs (2014). L’aphorisme joue à mes yeux le degré zéro de l’écriture poétique. Ce propos n’a rien d’original, même les sémioticiens des années 70 en convenaient. La mode étant alors à la structure, Greimas parla de « structure rythmique binaire » pour formaliser le mode de construction d’un proverbe. La chose avait déjà été professée en   Lire plus...

De : Iraj Valipour   Lancer une recherche
Par : http://www.chroniques-du-ca-et-la.fr/970A5236-B7BF-4349-BCF3-3F7960E3A85D/Valipour.html
Source article : Chroniques du ça et là n°5
75, rue d'Hautpoul 75019 Paris

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Parole, paradoxe, parabole
Philippe Jaffeux, Courants blancs, Atelier de l’agneau, 2014

Parmi les formes lapidaires de la littérature, l’aphorisme est l’une des plus modernes (depuis Chamfort), des plus denses et, souvent, des plus paradoxales. Philippe Jaffeux, dans ses Courants blancs, ne déroge pas à ces caractéristiques, tout en y ajoutant un concentré d’énigmatique dont l’esprit du lecteur a du mal à démêler les fils – et il en redemande, le lecteur, cela va sans dire. Au hasard : « Il dessinait le silence avec des lettres afin de voir sa voix ». Les correspondances de sens (dessiner / voir, silence / voix) pourraient rassurer par leur normalité, si elles n’étaient perturbées par la présence des lettres (que l’on voit ? que l’on entend ?). Et ainsi de suite, dans le même esprit : « Il attendait d’être patient au risque d’être terrassé par l’activité   Lire plus...

De : Jean-Pierre Longre   Lancer une recherche
Par : http://jplongre.hautetfort.com
Source article : http://jplongre.hautetfort.com/archive/2014/06/10/parole-paradoxe-parabole-5388226.html

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Courants 505 : le vide de Philippe Jaffeux

Une série de phrases à structure identique : une principale suivie d’une subordonnée souvent introduite par les mêmes conjonctions de subordination exprimant le temps, le but, la cause, la conséquence. Remarque inutile, direz-vous, non essentielle à la construction poétique et philosophique du livre. Phrases écrites souvent au passé, autre signe, avec quelques temps au présent ou au futur qui relient souvent des contraires ou des oppositions : Des lettres réfléchies étaient éblouies par l’immaturité de sa page blanche. Des mots récurrents comme parole, silence, voix, vide, encre, blanc… assurent l’architecture des phrases qui se juxtaposent pendant 15 sections et débute chacune par la majuscule teintée de rouge. Cela sépare les phrases et du même coup les relie. Philippe Jaffeux tente de dépasser les   Lire plus...

De : Jean-Marie Corbusier   Lancer une recherche
Par : http://www.recoursaupoeme.fr
Source article : http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/courants-505-le-vide-de-philippe-jaffeux/jean-marie-Corbusier

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Philippe Jaffeux, "Courants blancs", par Denis Hamel

Le dernier livre de Philippe Jaffeux n'est pas d'un abord facile, de par son formalisme assez austère et son aspect répétitif. Mais lorsque l'on fait vraiment l'effort de lire attentivement chaque énoncé, on se rend compte qu'il y a toute une variété de significations et d'intensités qui viennent heureusement briser la monotonie de la syntaxe et de l'articulation qui aurait pu provoquer l'ennui. Ce livre n'est pas à proprement parler un recueil de poésie (le mot poésie n'apparaît d'ailleurs jamais) ni vraiment un recueil d'aphorismes. Bien sûr certains énoncés ont une réelle beauté poétique mais on a l'impression que cela arrive d'une façon non préméditée et que l’auteur ne s’y attarde pas. Ce recueil pourrait être considéré comme une   Lire plus...

De : Denis Hamel   Lancer une recherche
Par : http://poezibao.typepad.com/poezibao/
Source article : http://poezibao.typepad.com/poezibao/2014/05/note-de-lecture-philippe-jaffeux-courants-blancs-par-denis-hamel.html

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
COURANTS BLANCS : Le charme magnétique d’une écriture expérimentale

Philippe Jaffeux a de la suite dans les idées. Suite poétique, artistique et littéraire. Son nouveau texte, Courants blancs, s’inscrit en effet dans la continuité de ses précédents travaux d’écriture. En ouvrant ce qui se présente au premier abord comme un recueil d’aphorismes par une sentence qui renvoie clairement à O L’AN / (Atelier de l’agneau Editeur – 2013), l’écrivain poursuit ses expérimentations autour des lettres et de l’alphabet, où l’O, « quinzième lettre solaire » et figure circulaire parfaite, tient une place privilégiée. Car les Courants blancs de Philippe Jaffeux, il faut bien le dire, tournent en rond. Alignés sur 70 pages, régulièrement rangés par séries de 26, des aphorismes se succèdent dans ce qui s’apparente très vite au   Lire plus...

De : Odile d'Harnois   Lancer une recherche
Par : http://lecturesaucoeur.com
Source article : http://lecturesaucoeur.com/2014/05/16/courants-blancs-le-charme-magnetique-dune-ecriture-experimentale

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
"courants blancs" Philippe Jaffeux

"Courants blancs" Philippe Jaffeux Publié le 21 Mai 2014, 15:50pm Catégories : #poésie « Courants blancs » est le nouvel ouvrage de Philippe Jaffeux. Il s’agit d’une poésie expérimentale qui s'interroge sur le passage de l’écriture manuscrite à l’écriture tapuscrite, puis au langage simplement proféré. Le livre consiste en effet en une série d’aphorismes enregistrés au dictaphone, plus tard retranscrits dans ce recueil de 70 pages contenant 26 aphorismes par page. L'auteur, inspiré par Bach, avec lequel il partage une certaine « symbolique des nombres », propose dans ces phrases au rythme régulier une réflexion sur l’écriture, sur les nombres, sur l’alphabet, sur les lettres, d’une façon plus générale, sur «   Lire plus...

De : Petit-cortège   Lancer une recherche
Par : http://petit-cortege.overblog.com
Source article : http://petit-cortege.overblog.com/2014/05/courants-blancs-philippe-jaffeux.html

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Recours au poème.
courants blancs de Philippe Jaffeux

Courants blancs, un édifice d’assertions, de phrases unifiées par leur disposition à la page. Présentées telles une prose dense et prometteuse, aux pavés noircis elles font corps. Pas de rime ni de vers, pas de strophes ni de blancs. Ainsi avant la lecture nous nous attendons à y découvrir une trace de souffle mimétique, d’univers romanesque, de fil diégétique à tenir afin de nous laisser évader. Ce n’est que de plus près, en caressant les mots du regard que ce flux de phrases intrigue. Car, en effet, le texte n’est pas justifié, chaque début de ligne se présente comme phrase naissante grâce à la majuscule qu’elle arbore, et aucune trace de découpage en chapitres. Alors lire, s’y plonger de toute urgence. La découverte de ces bribes assemblées est secousse. Suite, suites,   Lire plus...

De : Carole Mesrobian   Lancer une recherche
Par : http://www.recoursaupoeme.fr
Source article : http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/courants-blancs-de-philippe-jaffeux/carole-mesrobian

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Sanda Voïca sur « Courants 505 : le vide » de Philippe Jaffeux

A travers les « phrases intempestives »

ou

Variations bien variées sur un invariant : l’écriture

ou bien

Dans les flots des pages blanches

« Toutes les vérités sont des erreurs parce qu’elles essayent d’interpréter la perfection. » (Philippe Jaffeux, « Courants 505 : le vide », p. 12) Ni ce récent livre, « Courant 505 – le vide », de Philippe Jaffeux n’échappe à l’alphabet : chacun de ses 15 « chapitres » contient 26 phrases – nombre correspondant, à celui-ci des lettres de son Alphabet, bien entendu. Alors le 505 qui est dans le titre n’est pas du tout les « 505 brèves poétiques » annoncées par l’éditeur, Vincent Rougier, sur la quatrième de couverture, et repris sans « vérification » par certains, car, après lecture et calcul (26 x 15 = 390) – il ne s’agit pas du tout du nombre de phrases que le livre contient. Ce 505 serait plutôt le nombre que le nom ou la marque   Lire plus...

De : Sanda Voica   Lancer une recherche
Par : https://sites.google.com/site/revuepaysagesecrits
Source article : https://sites.google.com/site/revuepaysagesecrits/archives/numero-21/pe21---sanda-voieca-sur-philippe-jaffeux-courants-505

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
A contre-courants, Philippe Jaffeux

A contre-courants Philippe Jaffeux, « Courants blancs », Atelier de l’agneau, 80 pages, 16 €, 2014, « Courants 505 : Le vide » (monotypes de Vincent Rougier), Rougier V. Editeur, Soligny la Trappe, 9 E., « N », Trace(s), Passage d’Encres , 56310 Guern, 152 pages, 20 E. "Il rêvait qu’il parlait d’un silence audible depuis qu’il pensait à voix haute. Il enchaîna son silence à l’alphabet pour se détacher d’une société babillarde".-Ph. J. Philippe Jaffeux préfère les lettres aux mots. A cela diverses raisons. Une est d’évidence : nul besoin pour les premiers de respecter leur orthographe... Mais il y a plus : « L’alphabet était un mystère depuis qu’il savait jouer avec sa parole de miraculé » écrit l’auteur dans « Courant 505 ». La lettre   Lire plus...

De : Jean Paul Gavard-Perret   Lancer une recherche
Par : http://www.e-litterature.net/page2.php
Source article : http://www.e-litterature.net/publier3/spip/spip.php?page=article5&id_article=598

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Philippe Jaffeux, Courants blancs, par Emmanuèle Jawad

On ne manquera pas cette nouvelle expérimentation de Philippe Jaffeux. Philippe Jaffeux, Courants blancs, éditions Atelier de l’Agneau, St-Quentin-de-Caplong, printemps 2014, 80 pages, 16 €, ISBN : 978-2-930440-72-9. Philippe Jaffeux, recourant à un dictaphone numérique, transmute la contrainte en une prodigieuse fabrique à formes nouvelles. Se soustrayant aux expérimentations formelles et visuelles de ses précédents livres, retrouvant la linéarité, Philippe Jaffeux n’en explore pas moins la phrase dans sa construction, l’interrogeant dans les associations qu’elle met en place et ses significations, la hissant du côté du paradoxe et de l’absurde. 1820 phrases structurent ces courants blancs rassemblés en 26 propositions (autant que les lettres de l’alphabet) formant ainsi 70 ensembles. Chaque phrase est portée par une seule ligne.   Lire plus...

De : Emmanuèle Jawad   Lancer une recherche
Par : http://www.t-pas-net.com/libr-critique
Source article : http://www.t-pas-net.com/libr-critique/chronique-philippe-jaffeux-courants-blancs-emmanuele-jawad

Article 111 à 120 sur 152   :: PREMIER ::   ·  :: PRÉCÉDENT ::   · 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   ·  :: SUIVANT ::  ·   :: DERNIER ::