Philippe JAFFEUX

Créé le : 14/11/2012

philippejaffeux@hotmail.fr
 
 

 

- Entretiens
- Sur O L'AN /
- Sur N L'é n ième
- Sur courants blancs (et courants 505 : le vide)
- Sur Alphabet de A à M
- Sur autres courants
- Mails
- Sur Ecrit parlé
- Sur Entre
- Sur Deux
- Sur 26 Tours
- Sur Glissements
- Sur Mots

 
 
Article 91 à 100 sur 144   :: PREMIER ::   ·  :: PRÉCÉDENT ::   · 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   ·  :: SUIVANT ::  ·   :: DERNIER ::  

 

Article sur Sur Alphabet de A à M - (Tout afficher)
Philippe JAFFEUX, Alphabet et autres œuvres

Une écriture irradiée/Irradiante

« Nous sommes moins nombreux que les chiffres parce que l’infini est inhumain »         (Philippe JAFFEUX, Courants 505 : Le vide, Ficelle n°117, Rougier V. éd., 2014) Longtemps ces textes hantent, fascinent…L'énergie naît du manque et s'accouple à la couleur du désespoir. L’énergie naît du manque comme du silence nait la langue. Le vide cristallise la présence. Le vide est big bang. Plus le manque se fait cuisant, plus l’énergie se fait irrépressible. Ces énergies-là, ici ou là, percent la croûte terrestre, libèrent les belles irruptions. Chez  Philippe JAFFEUX,  il  s'agit même  d’un maelström solaire. Mots,  phrases,  courants, flux . . . fusent sans discontinuer de cette centrale atomique majeure jusqu'a ce   Lire plus...

De : Paul Badin   Lancer une recherche
Par : http://inks-passagedencres.fr
Source article : http://inks-passagedencres.fr/spip.php?article233

 


 

Article sur Sur Alphabet de A à M - (Tout afficher)
LES QUATRE VENTS DE LA POÉSIE - L'ESTHETIQUE DES CONTRAINTES

À propos de l'Alphabet de Philippe Jaffeux

I1 y a quelques années, alors qu'on lui demandait  l'issue d'une lecture publique quelles contraintes avaient présidé à 1'écriture d'Autobiographie, chapitre X, Jacques Roubaud avait répondu, d'un ton relativement sec, que la question ne se posait pas, dans la mesure où les poèmes qui composaient le volume ne tiraient leur intérêt que de leur sens, et non des contraintes ayant présidé en effet à leur composition. L'agacement dont sa réponse semblait être la preuve suggérait non seulement que la question lui avait été posée plus souvent qu'à son goût, mais aussi que pour lui, la contrainte n'avait qu'une valeur générative (elle permet de créer du texte), et non esthétique (elle n'est pas destinée à  être perçue telle   Lire plus...

De : Pierre Vinclair   Lancer une recherche
Par : http://www.europe-revue.net
Source article : Revue Europe n°1026 Octobre 2014
4 rue Marie Rose
75014 Paris

 


 

Article sur Sur Alphabet de A à M - (Tout afficher)
ALPHABET - De A à M : La Profusion du signe

L’oeuvre que bâtit Philippe Jaffeux est monumentale. Pour le poète qui manie les mots comme on construit des cathédrales, la lettre est fondatrice et les 394 pages du premier volume de son Alphabet en témoignent comme autant d’échos du même désir d’édifier. Le livre est lourd, le texte est plein, le signe est riche et complexe. L’écriture poétique se matérialise, se concrétise en un objet difficile à manier, imposant de par sa taille, de par son poids. En rendant à sa racine grecque tout son lustre, Philippe Jaffeux réactive ainsi le sens originel du mot "poésie". Car la p?í?s?? est d’abord une histoire de création. Il s’agit en effet de fabriquer un bel objet littéraire. En jouant sur la typographie, sur la graphie, sur la juxtaposition, sur l’envers et l’endroit, en insérant   Lire plus...

De : Odile d'Harnois   Lancer une recherche
Par : http://lecturesaucoeur.com
Source article : http://lecturesaucoeur.com/2014/09/25/alphabet-de-a-a-m-la-profusion-du-signe/

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Lu Courants blancs, lettre ouverte à Philippe Jaffeux

Le scaphandre et le papillon sont ici le vol lourd de l'entre-deux temps. « Apesanteur » diaphane d'un monde clos dans un bas de casse. Faux aphorismes, apories vraies, abondant dans le non-sens, offusquant le non-sens. Exercice de haute voltige sur la chaise électrique, sans survoltage. Prise a la lettre au défaut de la lettre la voyelle s'élide de l'innommé. Invétéré I ‘irréfutable. Retours fulgurants du scorpion dont je prends un éclair de morsure avec toi. Court-circuit de I ‘oxymore triple, dribblant. Les cardinaux du b-a : bah bas bât. Développées les Poésies de Lautréamont sans support d'aurore. L'oulipisme irrigue de contraintes corporelles, sensorielles, rajouts joute à joute. L'énigme fertile d'Héraclite surenchérie. Le sardonique épelé. Dans le silence   Lire plus...

De : Christophe Stolowicki   Lancer une recherche
Par : http://atelierdelagneau.com
Source article : Feuillet d'archives N°9
Atelier de l'agneau Editeur
1 Moulin de la Couronne
33220 St-Quentin-de-Caplong

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
« Parce que la parole est notre seule lumière » Par Claude VERCEY

Avec Philippe JAFFEUX , on en n’a jamais fini : à peine avais-je mis en ligne en cette fin de mois de mars 2014 , sur le site www.dechargelarevue.com , une recension de ses dernières publications , que je recevais en réponse et en remerciement de l’auteur un envoi de 1820 Courants, la forme nouvelle dans laquelle désormais il s’exprime et dont les Cahiers de la Rue de Ventura n°22 donnaient naguère 69 exemples de ses monostiques. Je renvoie donc d’abord à ce numéro dans lequel, à l’occasion de la publication de N aux éditions Passage d’encres, je faisais le point sur cette œuvre, en tous les sens du terme, débordante. Rappelons d’abord ce que Philippe JAFFEUX me confiait, dans le dossier que je lui consacrais dans Décharge 157 : aucun de ces Courants n’a été écrit, expliquait-il   Lire plus...

De : Claude Vercey   Lancer une recherche
Par : http://clcailleau.unblog.fr/2011/09/28/14/
Les cahiers de la rue Ventura n°25
9, rue Lino Ventura 73300 Sablé-sur-Sarthe

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Philippe Jaffeux, Courants Blancs, Atelier de l’agneau, 2014

Entre les lettres, l’espace blanc, un vide dans lequel les signes alphabétiques s’électrisent, s’inversent, flottent ou se noient mais parfois aussi proposent des mots. Entre les mots, le même vide conducteur induit la phrase. Entre les phrases, les mots, les syllabes, les lettres, l’espace blanc, l’espace du silence, du souffle naît celui d’une parole. Les lettres se suivent s’attachent à un mot, le mot à un sens, la phrase à un message. Le message lui flotte parmi les signifiances. Le livre de Philippe Jaffeux propose soixante-dix pages comportant chacune 26 phrases. 26 incantations magiques, 26 formules, 26 tentatives de noircir l’espace ou d’en révéler la blancheur immaculée, 26 affirmations enjouées, amusantes, absurdes, sévères, injustes ou livrées au hasart, à la lecture. 26 lettres anonymes   Lire plus...

De : Lieven Callant   Lancer une recherche
Par : http://traversees.wordpress.com/
Source article : http://traversees.wordpress.com/2014/08/29/philippe-jaffeux-courants-blancs-atelier-de-lagneau-2014/

 


 

Article sur Sur Alphabet de A à M - (Tout afficher)
[Livre - chronique] Philippe Jaffeux, Alphabet de A à M

Ça ressemble à une thèse, mais ça n’est pas une thèse… un grimoire, un Verbier… LE Livre ? /FT/ Philippe Jaffeux, Alphabet de A à M, Passage d’encres / Trace(s), été 2014, 30 €, ISBN : 978-2-35855-103-8. Aux mots Jaffeux préfère les lettres. A cela une raison d’évidence : nul besoin pour les seconds de respecter leur orthographe… Mais il y a plus : la lettre se rapproche du cri et du silence qu’à sa manière l’ordinateur revigore. Bref, la lettre est le premier bond, celui d’avant le verbe – juste avant.  D’une lettre à l’autre se mesure selon Jaffeux la distance du vide à l’enfance et de l’homme à la bête. Là où tout ne semble pas encore énoncé le signe ne fait pas encore le singe comme Prigent avant l’auteur l’avait déjà souligné. Et l’auteur de souligner que« le silence précéda la parole afin que les lettres puissent aussi être vues sans être lues » (p. 52) – ce qui dans sa tête n’est pas qu’une argutie. Philippe Jaffeux propose ici pour la première fois la   Lire plus...

De : Jean-Paul Gavard-Perret   Lancer une recherche
Par : http://www.t-pas-net.com/libr-critique/
Source article : http://www.t-pas-net.com/libr-critique/livre-chronique-philippe-jaffeux-alphabet-m-jean-paul-gavard-perret/

 


 

Article sur Sur Alphabet de A à M - (Tout afficher)
Philippe Jaffeux, Alphabet de A à M

Philippe Jaf­feux d’une nou­velle esthé­tique et d’un nou­veau dialogue

Philippe Jaf­feux pro­pose ici pour la pre­mière fois la com­pi­la­tion de son « désastre très langue + très langue + très langue + très langue » qui demeure une des plus grands entre­prise lit­té­raire du temps avec à la fois tous les effa­ce­ments pos­sibles du simple logos pour une autre dignité du verbe. Les mots avancent ou sont en retard par effet d’alphabet. Non seule­ment « l’alfa bée » mais la syn­taxe se démul­ti­plie en cou­pures, comp­tines pour — sous pré­texte de clas­se­ments — désor­ga­ni­ser avec gour­man­dise et goin­fre­rie le monde et ses ordres. Face à la cupi­dité libé­rale, la lit­té­ra­ture offre un retour d’ombre en prou­vant com­bien tout   Lire plus...

De : Jean-Paul Gavard-Perret   Lancer une recherche
Par : http://www.lelitteraire.com
Source article : http://www.lelitteraire.com/?p=11900

 


 

Article sur Sur courants blancs (et courants 505 : le vide) - (Tout afficher)
Philippe Jaffeux avec ses « Courants blancs »

Philippe Jaffeux avec ses « Courants blancs » nous livre de courts segments (qu’il appelle « courants ») où il électrise en effet la langue.« Les yeux des animaux nous apaisent car ils reflètent notre angoisse de savoir parler ». Il y est essentiellement question de l’alphabet, des mots, de la parole, de l’écriture, du langage et de nos rapports à eux. A raison de 26 par pages, ces lignes de haute tension tiennent de l’aphorisme et du faux-proverbe, mais se jouent surtout (avec humour parfois) du paradoxe pour glisser par invention métaphorique, analogies, jeux d’assonances, etc. vers du sens improbable et une forme de polysémie. Ce parti pris qui enroule chaque phrase autour d’un axe fragile tourne parfois un peu à vide, voire au répétitif (en raison même de la structure quasiment fixe et souvent binaire de ces « courants   Lire plus...

De : Michel Baglin   Lancer une recherche
Par : http://revue-texture.fr
Source article : http://revue-texture.fr/spip.php?article619

 


 

Article sur Sur Alphabet de A à M - (Tout afficher)
ALPHABET de A à M de Philippe Jaffeux par François Huglo

Les livres de Philippe Jaffeux précipitent leur lecteur dans un vertige lucide. L’apprentissage de l’alphabet a produit jadis, chez chacun, un effet comparable. Mais le numérique a changé la donne, pour le meilleur et pour le pire. Et le meilleur, c’est ce qu’invente Jaffeux. Il nous console de l’ordinateur comme la littérature nous console de l’ordre comptable et militaire des lignes d’écriture.. L’Aleph hébraïque rature l’origine. « Préface », le A de Jaffeux contient l’alphabet, de l’Alcool, l’Ami, « synonyme / d’ennemi exaltant », l’Androgyne, les Animaux, « enfants / de l’absolu règne », et enseignants, au Voyageur et aux Yeux (« Au rythme de la lecture / les yeux voient leur élan »), en passant par les Enfants qui « s’épanouissent / sans foi ni loi ni moi », le Hasart, avec un t, « grand jeu » d’un clinamen où « deux inconnus sympathisent », la Lettre « au rythme inédit » programmant la disparition des mots « dans une mélodie », le Musicien par qui « sans aucun   Lire plus...

De : François Huglo   Lancer une recherche
Par : http://www.sitaudis.fr
Source article : http://www.sitaudis.fr/Parutions/alphabet-de-a-a-m-de-philippe-jaffeux.php

Article 91 à 100 sur 144   :: PREMIER ::   ·  :: PRÉCÉDENT ::   · 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   ·  :: SUIVANT ::  ·   :: DERNIER ::